L’amarante. Cette plante naturelle est une vraie arme anti-Monsanto.
Les incas considéraient cette plante comme sacrée.
Chaque plante produit environ 12.000 graines par an, et les feuilles contiennent des vitamines A, C et des sels minéraux.
Elle est même plus riche en protéine que le soja, pourtant considéré comme champion en la matière.
Un agriculteur remarqua en 2004 que certaines pousses d’amarantes résistaient au Roundup dont il arrosait généreusement ses plants de soja.
Depuis cette date, le phénomène s’est étendu à d’autres états : la Caroline du Sud, et du Nord, l’Arkansas, le Tenesse et le Missouri.

En 2005, on constate que des gènes modifiés ont transité vers les plantes naturelles, créant ainsi une graine résistante aux herbicides.
La seule solution qu’il restait aux agriculteurs était d’arracher les plants d’amarante à la main. Sauf que cette plante s’enracine très profondément, rendant cette solution quasi impossible à réaliser. Du coup, les agriculteurs ont renoncé à cet arrachage.
5000 hectares ont été à ce jour purement et simplement abandonnés, et 50.000 autres hectares sont « menacés ».

« L’amarante est en quelque sorte un boomerang renvoyé par la nature à Monsanto. Elle neutralise le prédateur, et s’installe dans des lieux ou elle pourra nourrir l’humanité en cas de famine. Elle supporte la plupart des climats, aussi bien les régions sèches que les zones de mousson, et les hautes terres tropicales et n’a pas de problèmes ni avec les insectes, ni avec les maladies, donc n’aura jamais besoin de produits chimiques »

La nature va-t’elle réussir là où tous les militants anti-OGM du monde ont jusqu’à présent échoué ?

Continuer votre lecture

Suivant ➜

Être certain de voir nos publications


Facebook réduit considérablement la visibilité des pages à ses membres. Si vous souhaitez voir nos publications, rendez vous sur la page Et cliquez sur "Voir en premier"

Commentaires

commentaires